Ce livre raconte comment, dans les années 1980, nos élites politiques se sont converties à un nouveau type de libre-échange qui englobe non seulement les marchandises, mais aussi les services, les investissements et la surprotection des brevets des multinationales. Il s’agit d’un libre-échange réinventé, appelé néolibre-échange en raison de son lien congénital avec le néolibéralisme qui prône la primauté du marché sur le politique.

 

Pour que nos gouvernants consentent à une telle soumission, il fallait les faire signer. Et ils ont effectivement signé deux accords fondateurs d’un nouvel ordre mondial où l’économique prime sur le politique: l’Accord de libre-échange Canada-États-Unis (ALE) et l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Il en a résulté une hypercollusion business-politique qui assujettit nos élites politiques à des intérêts privés.

 

Certes, la collusion entre le monde des d’affaires et les politiciens a toujours existé, mais c’est la première fois dans l’histoire que des gouvernants consentent à céder par contrat une partie considérable de leur pouvoir à de puissants lobbies économiques. C’est la première fois qu’une telle collusion se trouve institutionnalisée dans des traités et devient transmissible d’un gouvernement à l’autre, d’une génération à l’autre.

 

Paradoxalement, à la tête du mouvement qui a rendu possible la conclusion des deux accords précurseurs – l’ALE et l’ALENA – se trouvaient d’éminents souverainistes qui ont ainsi contribué à affaiblir l’État du Québec qu’ils voulaient souverain. Croyant que ce néolibre-échange allait servir leur cause, ils ont placé le destin du Québec sur les genoux du dieu-marché.

 

 

TABLE DES MATIÈRES

 

Première partie - Comment le néolibre-échange s'est imposé au Canada, en Amérique du nord et dans le monde.

Chapitre 1 - Comment l'establishment canadien s'est subitement converti au néolibre-échange.

Chapitre 2 - Comment la classe politique québécoise s'est alignée sur la proposition Reagan-Mulroney

Chapitre 3 - La vraie nature du néoibre-échange.

 

Deuxième partie -  Comment le coopérativisme est appelé à supplanter le capitalisme.

Chapitre 4 - Réformer ou remplacer le capitalisme?

Chapitre 5 - La contestation radicale du capitalisme au XIXe siècle. 

Chapitre 6 - Naissance et essor du mouvement coopératif québécois.

Chapitre  7 -  Le coopérativisme, vaisseau amiral d'une économie plurielle. 

Le néolibre-échange

L'hypercollusion business-politique

Jacques B. Gélinas
ISBN
978-2-89719-193-1 (PDF)
ISBN 978-2-89719-194-8 (E-Pub)
192 pages

© 2013 Jacques B. Gélinas