POURQUOI JE QUITTE QUÉBEC SOLIDAIRE

2019/04/21

     Québec solidaire a été fondé sur le socle d’une Déclaration de principes devant baliser ses orientations et son action. Or aujourd’hui, le parti a abandonné deux des principes les plus importants énoncés dans ce document : la laïcité et l’égalité femme-homme.

           

     Cette Déclaration de principes adoptée lors du congrès de fondation de QS, en février 2006, stipule : «Notre parti prône la laïcité complète de l’État et des services publics, du système judiciaire et du système d’éducation». Mais voici qu’en mars dernier, les participantes et participants au Conseil national du parti, ont renié ce principe, en votant massivement - 91% - contre toute interdiction du port de signes religieux par les agentes et agents de l’État dans l’exercice de leurs fonctions.

           

     Québec solidaire se pose donc ainsi en ardent défenseur du port du voile islamique – incluant le niqab - par les agentes de l’État et même par les élues de l’Assemblée nationale. Lors de la campagne électorale de l’automne dernier, une de ses candidates, Ève Torres, ouvrait la voie en ce sens en arborant altièrement le voile islamique.

           

     Les dirigeants du parti ferment les yeux sur le fait que le voile islamique est non seulement un signe religieux, mais un symbole ostensible d’infériorisation et de soumission des femmes.  Et cela, même s’il est porté librement et par choix.  Notons que ce voile ne vient pas seul; il s’accompagne de contraintes sévères qui restreignent la liberté et les droits de celles qui le portent, comme l’inégalité en droit successoral.       

     Stupéfiant paradoxe : un parti féministe en principe devient dans la pratique le défenseur de ce symbole de domination des femmes par les hommes.

           

      La Déclaration susmentionnée stipule : «Nous soutenons les luttes féministes ici et ailleurs». Et pourtant, en prenant fait et cause pour le port du voile islamique dans la fonction publique, QS se désolidarise des luttes de millions de femmes ailleurs dans le monde. On ne voit guère les dirigeants de QS se porter à la défense de toutes ces femmes forcées, souvent violemment, de se voiler. Comme s’ils n’avaient point vu la montée fulgurante de l’Islam politique partout dans le monde. Un Islam intégriste, grassement financé, animé d’un puissant dynamisme et qui a fait du voile son étendard.

           

     Comment expliquer un tel aveuglement? Force est de reconnaître que le multiculturalisme imposé unilatéralement par Pierre Elliott Trudeau, en 1982, avec sa Charte des droits et libertés, a fait son chemin dans les esprits. À gauche comme à droite. Cette Charte porte essentiellement sur les droits individuels, lesquels priment sur les droits collectifs. Or au Québec, la laïcité et l’égalité femme-homme sont tenues pour des valeurs collectives.

           

     Par un détournement de langage orwellien, Québec solidaire a fait de la religion islamique une race. Les opposants au port de signes religieux dans la fonction publique sont qualifiés de racistes et de xénophobes.

           

     Autre problème qui rend ce parti infréquentable : le déni de démocratie dans son fonctionnement interne. Insensiblement, le Comité de coordination nationale (CCN) s’est imposé dans le parti comme l’organe suprême qui en dicte les orientations. Plus d’un chroniqueurs, dont Michel David (Le Devoir, 22 septembre 2018), ont comparé le CCN au Politburo, cet obscur comité central qui, dans l’ex-URSS, détenait le pouvoir réel.

           

     Ce déni de démocratie a des racines profondes dans le parti. En octobre 2007, ses deux porte-parole, Françoise David et Amir Khadir, se précipitent, motu proprio, devant la Commission Bouchard-Taylor pour y déposer et défendre un mémoire en faveur des accommodements religieux et de la laïcité ouverte. Une position qu’aucune instance du parti n’avait débattue ni approuvée.

           

      Pour toutes ces raisons, je me vois dans l’obligation de quitter les rangs de Québec solidaire qui, subrepticement, a pris un virage antilaïque, antiféministe et antidémocratique.

© 2013 Jacques B. Gélinas